Dossier : Tout sur le photovoltaïque en Wallonie pour 2012

Petite nouveauté : La possibilité de demander des devis en ligne via notre formulaire.

Autre nouveauté : La version 2013 de notre dossier photovoltaïque.

Il n’est pas toujours facile de trouver des informations sur l’installation de solaire photovoltaïque en Belgique, c’est pourquoi nous avons décidé de vous proposer un petit dossier regroupant toutes les informations nécessaires il y a de cela bientôt 3 ans. Ce dossier comporte les aides et primes octroyées en Belgique et a connu un grand succès et est toujours très visité aujourd’hui, preuve qu’il existe une demande pour ce genre d’information.

Je voulais donc présenter une version actualisée de ce dossier pour l’année 2012. Au vu des visites et de leur provenance, je décrirai dans ce dossier uniquement les primes octroyées en Région Wallonne, la région celle qui à l’heure actuelle présente le plus gros potentiel de développement en Belgique.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je vais tenter de rappeler l’intérêt du photovoltaïque aujourd’hui pour le particulier :
– Tout d’abord, pour le geste écologique
– Ensuite, pour la rentabilité économique (grâce aux certificats verts qui soutiennent la production verte)

Pour ces deux raisons, il faut envisager l’investissement dans le photovoltaïque sans pour autant négliger les autres solutions comme les réductions de consommation de chauffage par l’isolation ou un système de production différent.

Afin d’être sûr qu’on se comprend bien, voici quelques notions techniques importantes à connaître :

– Quel type de panneau choisir ? Généralement, outre quelques panneaux à composition exotique, on rencontre trois types de panneaux, tous à base de silicium. Le mono-cristallin, le polycristallin et le silicium amorphe. Cela dépend vraiment des obstacles à l’ensoleillement de votre toitures. Le silicium mon-cristallin et le polycristallins ne tolère pas d’ombrage ou très difficilement. Pour le cas du mono-cristallin, il s’agit de galettes de silicium mono-cristallin branchées en séries, si une galette n’est pas exposée et ne produit pas, cela va handicaper la production de tout le panneau, voire de toute la rangée de panneaux. Alors pourquoi ne pas installer de l’amorphe partout me direz vous, il est en plus moins cher ! Parce que pour une même surface, sans obstacle, l’amorphe produira en moyenne 2 fois moins que les autres, pour des installations particulière, où la surface est limitée, on préférera donc maximiser la production. Pour la petite anecdote, on reconnaît facilement les trois types de silicium, le monocristallin est constitué de carrés dont on aurait « cassé » les coins (les galettes dont je parlais avant), le polycristallin présente des cristaux à orientations différentes et donc des reflets différents et enfin le silicium amorphe est une surface qui semble uniforme et assez sombre. Les rendements vont de 9% pour l’amorphe à 15% pour le monocristallin. Généralement les panneaux sont garantis 25 ans à 80% de leur rendement. Enfin je terminerai en disant que l’origine du panneau à l’heure actuelle est un sujet discuté et controversé car le silicium vient en très grande majorité de Chine. Les panneaux européens sont des panneaux assemblés en Europe mais dont les composants viennent bien souvent de Chine et d’autres pays d’Asie. Il n’y a pas (à ma connaissance) à proprement parlé de panneaux 100% européens.

– Qu’est-ce qu’un kilowatt-crête ou kilowatt-pic ? Vous pouvez tout d’abord consulter notre dossier ici la notion de puissance (kW) et d’énergie (kWh) essentielles pour appréhender des problème liés à la consommation énergétique, je vais maintenant tenter d’expliquer ce qu’est un kilowatt-crête, noté kWc. Commençons par le plus simple, 1 kWc = 1000 Wc, jusque là, tout le monde suit. C’est en fait une unité pour mesurer l’efficacité d’un panneau solaire lorsqu’il reçoit un rayonnement d’une puissance de 1000W/m2, à une température de 25°C. Donc notre installation a une puissance de 2 kWc, cela signifie qu’on délivrera une puissance de 2 kW si l’ensoleillement est de 1000W/m2 et la température de 25°C, quelle que soit la surface de panneaux dont nous disposons ! Pourquoi spécifier la température ? Car la production des panneaux photovoltaïques est influencée par la température. Si elle augmente, le rendement et la production diminuent. Le jour le plus ensoleillé de l’été ne sera donc pas forcément le plus productif car s’il fait également très chaud ce jour là, le rendement sera plus bas. C’est pour cette raison qu’on laisse un espace d’environ 7-9 cm entre la toiture et le panneau photovoltaïque, de manière à laisser circuler l’air sous le panneau pour refroidir celui-ci. Comme dit plus haut, cette puissance est définie qu’elle que soit la surface installée. Il y a des panneaux avec une production plus dense que d’autres. Par exemple, pour du panneau de silicium mono-cristallin, on aura besoin d’environ 8 mètres carrés de panneaux pour une puissance d’1 kWc alors qu’il en faudra environ 16 mètres carrés pour avoir la même puissance en silicium amorphe.

– Qu’est-ce qu’un certificat vert ? Un certificat vert est une aide aux énergies renouvelables. Pour chaque MWh produit, vous recevez un certain nombre de certificats verts que vous pouvez revendre sur le marché des certificats verts. Les entreprises émettrices de CO2 sont obligées d’en présenter un certain nombre au régulateur (sous peine d’amende) et il y a donc un marché de l’offre et la demande. On reviendra plus tard sur les CVs car leur réglementation régionale est amenée à évoluer au fil du temps (le calendrier wallon est fixé jusque 2013).

– Comment dimensionner une installation ? Si vous le faites pour la planète, il faut recouvrir le maximum de surface de sa toiture en ayant bien sûr laissé une place pour des panneaux solaires thermiques ;-). Plus généralement, on dimensionne par rapport à sa consommation car en tant que particulier, vous pouvez diminuer votre facture de consommation d’électricité, par contre vous ne pourrez pas revendre votre surplus de production, l’électricité est à ce moment là offerte à votre fournisseur d’énergie ! Illogique ? Pas vraiment car lorsqu’il diminue votre facture, c’est comme s’il vous rachetait ce que vous produisez la journée au prix final, soit environ 18 c€ alors qu’il pourrait vous vendre à ce prix là et racheter votre production à 8 c€ par exemple. Pourquoi je parle de vente et d’achat ? Car vous ne consommez que très rarement ce que vous produisez. En effet, vous allez produire en journée et consommer majoritairement le soir, le réseau joue donc le rôle de tampon, vous injectez de l’électricité en journée et en consommez le soir.

– Quelle est la production annuelle d’un panneau solaire ? On considère qu’en Belgique une bonne estimation (pas trop optimiste donc) de la production serait de 850 kWh/kWc/an. Tout cela n’est pas gravé dans le marbre, ce sont des statistiques, chaque installation est un cas particulier, dépendant de l’orientation de votre toit, de l’inclinaison, des ombrages temporaires, etc. La base pour la comparaison de plusieurs offres doit donc toujours se faire sur la puissance installée en Wc car la différence de production de plusieurs offres vient uniquement des hypothèses faites par l’installateur, optimiste ou pessimiste, il ne vous garantira jamais la production ! Afin d’avoir une idée de ce que représentent 850kWh/an, un ménage moyen belge consomme entre 3000 et 6000 kWh/an.

Maintenant qu’on a bien révisé nos bases techniques, passons à la partie économique :

Les primes :
– Régionales : Plus aucune prime depuis un petit temps déjà, ce qui n’a pas empêché le marché de se développer, preuve qu’il était assez mûr pour s’en passer.
– Fédérales : Plus aucune non plus depuis le début de cette année. Le marché a l’air de bien s’en sortir car l’investissement est toujours rentabilisé sur une courte période (entre 4 et 7 ans)
– Communale : Certaines communes octroient toujours des primes mais cela devient rare. Certaines ont préféré opter pour l’organisation de groupement d’achat ou de groupement de revente des certificats verts. Renseignez-vous auprès de votre commune, vous n’avez rien à y perdre ;-).

Les certificats verts :
– En Région Wallonne, le gouvernement oblige le gestionnaire de réseau à vous racheter votre certificat à un prix plancher de 65€ dans le cas où le prix du marché venait à s’effondrer, chose qu’il a fait en janvier de cette année. Ne vous inquiétez pas, la Région Wallonne a pris des mesures et le marché est en train de se redresser.
– Combien de certificats vers ? Ce point là évolue sans arrêt, voici les système prévus actuellement : Depuis le premier avril jusqu’au 31 août 2012, un nouveau système dégressif a été mis en place. La première année vous recevrez 10 CV/MWh produit, la seconde année 9 CV et ainsi de suite (sauf pour la 6ème année sans réduction) pour terminer par 2CV par MWh la dernière année. On reçoit donc progressivement 10-9-8-7-6-6-5-4-3-2 CV par MWh par an. Ce système changera au premier septembre 2012 et jusqu’au 31 mars 2013. Le système dégressif sera adapté pour commencer à 8CV par MWh la première année, 7 pour la deuxième et troisième année, 6 pour la quatrième, 5 pour la cinquième et la sixième, 4 pour la septième, 3 pour la huitième et la neuvième pour terminer par 2 la dixième année. On reçoit donc progressivement 8-7-7-6-5-5-4-3-3-2. Au delà du 31 mars 2013, on ne sait pas encore quel système sera d’application.
– Validité des CV ? Ils sont valables 5 ans donc comme pour le moment le marché est bas, vous pouvez choisir d’attendre.

Maintenant, comme dans l’ancien article, une petite simulation s’impose avec des chiffres qui se veulent généraux, à adapter à votre situation, en tenant compte de la législation en vigueur jusque septembre 2012 :

Je consomme 4250 kWh/an, ce qui est déjà pas mal, on va donc dimensionner mon installation pour égaler cette consommation. Si on prend la moyenne de 850KWh/kWc/an, il me faudra exactement 5 kWc installés (chouette, ça tombe rond, comme par magie). Cette installation me coûtera environ 15 500€ HTVA, soit environ 16 500€ avec la TVA à 6% pour les bâtiments de plus de 5 ans.

La première année, je vais donc gagner 4.250 * 10 CV soit 42.5 CV plus 4250 * 18c€ sur ma facture d’électricité soit 3527.5 € en prenant le CV à 65€ soit son prix plancher.
Il me restera alors à rembourser environ 13 000€.
La seconde année, je vais donc gagner 4.250 * 9CV soit 38.25 CV plus 4250 * 18c€ sur ma facture d’électricité soit 3251.25 €, soit encore 9750€ à rembourser.
La troisième année, je vais donc gagner 4.250 * 8CV soit 34 CV plus 4250 * 18c€ sur ma facture d’électricité soit 2975 €, soit encore 6750€ à rembourser.
La quatrième année, je vais donc gagner 4.250 * 7CV soit 29.75 CV plus 4250 * 18c€ sur ma facture d’électricité soit 2698.75 €, soit encore 4050€ à rembourser.
La cinquième année, je vais donc gagner 4.250 * 6CV soit 25.5 CV plus 4250 * 18c€ sur ma facture d’électricité soit 2422.5 €, soit encore 1650€ à rembourser.
La sixième année, je vais donc gagner 4.250 * 6CV soit 25.5 CV plus 4250 * 18c€ sur ma facture d’électricité soit 2422.5 €, soit un gain d’environ 800€.

Mon installation est donc remboursée après un peu plus de 5 ans et demi, il me reste alors des certificats vers pendant un peu plus de 4 ans et de l’électricité gratuite pendant 19 ans !

Attention, je n’ai pas pris en compte dans ce rapide calcul la décroissance de production du panneau mais je n’ai pas non plus fait varier le prix de l’électricité qui va probablement augmenter sur cette période. L’un dans l’autre, ce calcul grossier nous donne une bonne approximation !

Voilà, j’espère que ce dossier aura autant de succès que le précédent qui a tout de même été vu plus de 40 000 fois, merci à vous pour votre fidélité au blog !

N’hésitez pas à faire vos remarques et posez vos questions, pour cela, on vous conseille plutôt le forum que les commentaires, mais on vous répondra sur les deux ;-).

Envie d’avoir une idée plus précise pour votre projet photovoltaïque ? Nous vous proposons de laisser vos coordonnées à travers d’un formulaire sur cette page ainsi plusieurs professionnels prendront contact avec vous et vous ferons des devis personnalisés que vous pourrez comparer entre eux afin de choisir la meilleure offre, tout cela sans engagement bien sûr !

Be Sociable, Share!

Parle de ce post à tes amis !