Quand l’agence Belga est incapable de différencier une énergie d’une puissance…

Ce n’est pas nouveau, les rédacteurs des dépêches Belga, voire une grande partie de journalistes, ne sont pas réellement calés d’un point de vue technique énergétique, souvenez-vous de cet article ridicule sur la sureté de nos centrales… Mais là, les erreurs à répétition commencent à bien m’énerver ! A force de ne pas savoir différencier un Watt d’un Wattheure, une puissance d’une énergie, ils vont finir par embrouiller l’entièreté de la population alors que leur rôle est justement d’informer, d’instruire même en quelque sorte.

Pourquoi est-ce que je trouve cela inacceptable ? Car à l’heure actuelle, les dépêches Belga sont directement reprises par les journaux sans même y porter de relecture à première vue. L’erreur commise par un rédacteur est donc présente dans tous les journaux. Et cette erreur, ne devrait quand même pas demander des semaines de cours sur l’énergie pour ne plus être reproduite !

Pour moi, il suffit de s’y plonger au maximum une après midi, de lire des articles comme le notre par exemple ou d’autres probablement bien mieux écrits afin de ne plus reproduire des erreurs comme celle que l’on peut retrouver dans l’article paru le 20 février, qui nous dit que le montant du soutien aux énergies renouvelables est de 142€ au mégawatt. C’est un peu comme si je disais que ma voiture consomme 5 litres au 100 km/h, là tout le monde tiquerait.

Bref, serait-ce vraiment compliqué d’avoir un minimum de rigueur lorsqu’on parle d’énergie ou est-ce que le journalisme est un métier en sérieux déclin ? Je parle du vrai journalisme, pas d’amateurs qui publient quelques articles sur le web, sans prétention journalistique.

Be Sociable, Share!

Parle de ce post à tes amis !