Pollution à Shangaï : petit coup de gueule

Je ne sais pas vous mais il y a des jours où j’ai l’impression flagrante qu’on se fout de notre gueule.
Pourquoi ? J’en veux pour exemple les restrictions et les taxes au nom de l’écologie dont nous sommes frappés ainsi que nos industries ; non que j’y sois opposé, bien du contraire, mais est-ce que balayer la saleté devant sa porte pour la mettre sous le tapis du voisin est une bonne idée ?
Avez vous remarqué ces derniers mois le nombre de fois où la Chine, notre manufacturier le plus important, est frappée de restriction à cause de brouillard de pollution ?
Encore ce 6 décembre … un comble, Saint Nicolas aurait pu s’y perdre … comme le reprend un article du journal Le Monde illustré de « belles » photos.

Alors faut il être plus blanc que blanc et laisser les autres parties du monde s’asphyxier ? D’autant que pour la pollution il n’y a pas de frontière !
Va-t-on encore délocaliser nos crasses longtemps sans se soucier du bien être des autres ?

Une vieille étude montrait que même si le travail coûte moins cher en Chine, le fait d’obliger les industries locales (sous traitées par des noms bien de chez nous) à suivre les mêmes règlementations environnementales et sociales (je ne parle pas de salaire mais juste du respect des salariés) supprimerait en grande partie les avantages de sous traiter bien loin.

Alors voilà oui ma prochaine voiture consommera moins que l’actuelle, oui j’ai investi dans des modes de chauffage plus respectueux de l’environnement, oui je suis un consommateur attentif mais il y a des jours où je me demande si cela est vraiment utile …

Be Sociable, Share!

Parle de ce post à tes amis !