Obsolescence programmée

J’en avais déjà touché un petit mot dans un article mais le machiavélisme des industriels dépassent tout ce que j’ai pu imaginer.

C’est, comme je vous en parlais dans les commentaires de l’article, le documentaire Prêt à jeter qui m’a vraiment ouvert les yeux sur cette perversion industrielle qui nous pousse, nous oblige à acheter.
Voici un extrait qui vous donnera peut être envie de visionner le documentaire en entier :

La preuve de l’obsolescence programmée est apportée par une ampoule, la bête ampoule à incandescence.

Vous apprendrez ainsi au fil du documentaire qu’une ampoule brûle maintenant depuis près de 110 ans (allumée en juin 1901 et rarement éteinte ce qui je vous l’accorde aide beaucoup à la longévité) et cette extrême longévité est un des arguments souvent mis en avant pour acter de l’obsolescence programmée.
Pour la petite histoire une web-cam est maintenant placée pour permettre de suivre la vie « trépidante » de cette ampoule ; sachez d’ailleurs que la Centennial Light Bulb comme l’appelle les habitants de Livermore a déjà survécu à deux web-cam …

Ce qui m’a interpellé dans le documentaire ce n’est pas tant le fait que les normes techniques ont été revues à la baisse pour assurer une vie limitée aux objets, ce qui est choquant c’est d’investir du temps de l’argent pour que nos machines tombent en panne.
Ainsi le fil rouge du documentaire c’est une imprimante qui rend l’âme et on apprend qu’on a inclus dans le circuit de cette imprimante une EPROM (une puce) dont le but est de compter le nombre de copie et de déclarer l’imprimante foutue après 5 000 copies.

Si ça vous tente voici le documentaire au complet (74 min) ; prenez le temps de le regarder et vous n’achèterez plus jamais comme avant.

J’ai retiré du documentaire quelques affirmations qui, je l’espère, vous laisseront méditer sur notre sort:
Le monde est assez grand pour satisfaire les besoins de tous mais il sera toujours trop petit pour recontrer l’avidité de quelques uns.
Si le bonheur dépendait du niveau de consommation on devrait être dans la félicitée absolue puisque nous consommons 26 fois plus que tu temps de Karl Marx.
Revenir à une société soutenable n’est pas revenir à l’age de pierre mais par exemple pour la France c’est revenir aux années ’60.

Be Sociable, Share!

Parle de ce post à tes amis !

2 Commentaires

Laisser un commentaire