Le bio une espèce surprotégée ?

Si vous avez suivi les actualités ces derniers temps vous n’aurez pas manqué l’affaire Escherichia Coli ou plus communément nommé E.Coli (définition Wikipédia).
Même si la plupart des E.Coli sont commensal il est quelques souches qui sont pathogènes et qui, comme nous l’avons vu, peuvent entraîner la mort.

Dans un premier temps accusé le concombre espagnole fut ensuite blanchi non sans quelques répercussions sur les consommateurs et par conséquence sur les producteurs.

Les médias ont fait de cette histoire leurs choux gras mais bizarrement le coupable actuel est un peu passé à l’arrière plan.
Mis en cause, ensuite disculpé pour réapparaître à nouveau sur les bancs des accusés et finir coupable les graines germées ont nettement moins attirés les journalistes que le concombre.

Fin du suspens. Les graines germées sont la cause la plus probable de l’épidémie mortelle provoquée par la bactérie Escherichia coli (E. coli), ont déclaré vendredi 10 juin les autorités allemandes.

 

Pire le fait que ces graines germées soient issues de l’agriculture biologique a même été un peu occulté. Ce qui est vert et bio serait il par là même emprunt d’une exemption de responsabilité ?

Loin de moi l’idée de mettre l’agriculture bio sous les feux de la critiques ou de commencer à parler de théorie du complot mais avez vous songé un instant à ce qu’aurait été la réaction des journalistes si l’intoxication avait eu une origine chimique ou OGMique ?
Vous doutez ?
Pourtant le décès d’un adolescent dans un fast-food français avait fait beaucoup plus de bruit (Fermeture fast-food Avignon) et l’affaire a été portée de manière plus soutenue dans tous les médias.
La question que je me pose est de savoir s’il s’agit d’une volonté journalistique, ce qui serait à mon sens un moindre mal, ou une manipulation de l’information et par là même des opinions.

Quoiqu’il en soit ne versons pas non plus dans une paranoïa incontrôlable, le but est d’arriver à une meilleure analyse des informations et de rester critique face à celle ci.
Le bio reste bien entendu un aliment de choix mais il est dangereux de verser dans l’autre excès et de croire que tout ce qui est vert est forcément sain ; car si on s’arrête à ce postulat que penser d’une oronge verte ou plus communément nommée amanite phalloïde.
On constate cet effet que j’assimile à du green washing partout même dans les industries les plus sérieuses.

Le vrai danger du bio c’est de le mettre dans les mains d’industriels !

Be Sociable, Share!

Parle de ce post à tes amis !