La chimiothérapie climatique ou le combat de la dernière chance.

Dans la folle course contre le changement climatique certains scientifiques proposent des solutions (cela s’appelle la geo-engineering) pour le moins très inquiétantes comme celle de bricoler, bidouiller serait le terme plus approprié, le climat artificiellement.

Je vous vois un air surpris … Comment peut on bidouiller le climat ?
A cela je répondrais rien de neuf sous le soleil, en effet l’ensemencement des nuages à base d’iodure d’argent est une technique connue et appliquée depuis le milieu de vingtième siècle.
Certains états y recourent massivement pour prévenir des sécheresses, ce qui est un moindre mal,  mais également par le passé comme arme militaire (aujourd’hui un traité international l’interdit).
Enfin l’arsenal chimique est également utilisé à des fins beaucoup plus futil comme lors de la cérémonie d’ouverture des JO de Pékin en 2008.

La Chine veut absolument que la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques d’été de Pékin se déroule à la perfection et Pékin a ainsi mis en place un arsenal de missiles et d’avions pour disperser les nuages potentiels qui pourraient entâcher l’évènement.

Alors on bidouille mais comment ?

C’est là que cela devient effrayant, en effet si on injectait  des millions de tonnes de soufre, sous sa forme oxydée SO2, dans l’atmosphère celui-ci agirait comme autant de miroir et permettrait de renvoyer les rayons du soleil avant qu’ils ne réchauffent l’atmosphère.
Donc nous pourrions artificiellement réduire voire juguler l’accroissement de température lié au gaz à effet de serre.
En fait cette pratique ne serait que la copie conforme, mais plus grande, du phénomène naturel observé lors d’éruption volcanique (voir dossier sur Futura-Sciences).

Alors bonne idée ?
De prime abord je dis non, que dis-je … je crie NON ! mais force est de constater qu’en tout dernier recours si nous échouons à modérer et donc à contenir le climat  il faudra bien agir pour préserver  … ce qu’il reste.
Je vois poindre également un autre danger qui est de se laisser berner par une soit disant solution et donc de ne pas prendre en compte et réguler notre manière de vivre et de consommer aujourd’hui.

Comme le disait justement un scientifique impliqué dans cette étude :  « La geoengineering c’est la combinaison de la chimiothérapie et la radiothérapie là où un peu d’exercice et un petit régime diététique aurait suffit quelques années plutôt ».

Et si un jour on en arrive à cette solution extrême il faudra vous faire une raison … le ciel bleu n’existera plus !
Ceci sera sans doute l’un des effets secondaires les moins graves car comment maîtriserons nous ensuite ces millions de tonnes de soufre ?
Et enfin quel effet aura le soufre à long terme ? Déjà on connait les pluies acides dont il est le précuseur mais quid du reste ?

Le revolver est chargé et sur la tempe… reste à savoir qui osera appuyer sur la détente ?

Mais ceci n’est que pure fiction, l’Homme dans son infinie sagesse réduira ses émissions de gaz a effet de serre et pourra rengainer son Smith&Wesson … jusqu’à la prochaine folie !

Be Sociable, Share!

Parle de ce post à tes amis !