Adieu veaux, vaches, cochons …

Je commencerai l’article par vous poser une question dont la réponse à coup sûr vous laissera dubitatif.
D’après vous qu’est ce qui pollue le plus, un bon steak frites ou alors un trip dans le sud de la France ?
La réponse est, vous l’aurez deviné ou comme dirait un mauvais jeux de mot franglais vous avez mis dans le meal, le steak frites (pour autant que vous n’ayez pas choisi un de ces gros 4×4 américain).
Si on vous serine dans tous les médias qu’il faudra changer ses habitudes de transport, de chauffage et de consommation personne ou presque ne touche à l’industrie agro-alimentaire.
On entend bien qui ci qui là que les vaches pètent et que c’est pas bon pour la planète mais plus sérieusement qui a une infime idée des émissions liées à notre consommation de viande ?
Regardez ci après la comparaison graphique des émissions de gaz à effet de serre d’un repas (par an par personne en équivalent km automobile)

Voilà qui donne tout d’un coup à réfléchir d’autant que notre mauvaise habitude est en train de faire tâche d’huile dans les pays émergents.
La viande à elle seule représenterait pas moins de 18% des émissions de gaz à effet de serre, un chiffre non négligeable et bien souvent passer sous silence par les lobbys d’une industrie alimentaire impérieuse et puissante.
Bien entendu toutes les viandes ne polluent pas pareillement et on ne compare pas non plus un poulet fermier avec un poulet en batterie.
On ne compare pas non plus un boeuf européen avec son cousin américain et contrairement à ce que l’on croit surtout sud-américain.
Dans les comparaisons et les images frappantes savez vous que renoncer à votre steak équivaudrait à laisser notre voiture au garage pendant plusieurs semaines (en fonction de la taille du steak et de la voiture)?

Le boeuf rois de nos assiettes mais aussi des pollueurs représentent 30% de nos consommation de viande mais est responsable de 78% des émissions issues de la viande.
D’après le calcul effectué par Nathan Pelletier de l’Université Dalhousie au Canada: un kilo de boeuf produit 16kg d’équivalent CO2 ; c’est quatre fois plus que le porc et au moins dix fois plus que la volaille.
Les viandes rouges étaient déjà déconseillées pour notre santé, elles le sont désormais aussi pour notre planète.
Un autre calcul a vous faire frémir est de détailler ce que contient effectivement 1kg de votre steak.
Il faut pas moins de 15 m3 d’eau pour produire ce tournedos sans oublier l’eau qui aura été nécessaire à la production des céréales dont se serra régalé le bovin ; la consommation de viande nécessite près de 45% des réserves d’eau douce mondiales.
En fin de compte on en arrive à la conclusion qu’un boeuf représente grosso modo 200 kg de viande soit environ 1 500 repas alors que lui même a ingéré autant de céréale équivalent à 18 000 repas.

Pour reprendre une statistique d’un hebdomadaire(1) un belge mangera tout au long de sa vie (en moyenne) : 5 vaches, 7 moutons, 42 cochons, 891 poulets, 43 dindes et 24 lapins.

Et je ne vous parle même pas des poulets sans plumes, des coqs sans bec, des vaches sans cornes …

Aujourd’hui toutes nos consommations sont devenues problématiques il nous faut faire une introspection et réfléchir à l’avenir et à ce que nous voulons laisser en héritage à nos enfants.

Si vous voulez approfondir je vous recommande l’article Copenhague: et la viande ? dont est issu l’illustration ci-dessus.

Je vous recommande aussi le livre de Jonathan Safran Froer : « Faut-il manger des animaux ? » qui ne fait que finalement répéter que de vieux arguments déjà répétés dans le documentaire autrichien : « We feed the world – Le marché de la faim ».
Voici une vidéo reprenant quelques idées de ce documentaire, fouillez youtube et vous en aurez d’autre.

Voilà j’espère que cela vous fera réfléchir un peu et consommer en toute connaissance de cause.
Au moins vous n’aurez plus l’excuse de l’ignorance.

Le végétarisme serait une solution ?
Personnellement j’aime trop la viande pour m’y résoudre mais peut être que comme beaucoup je choisirai le flexitarisme ou à tout le moins je restreindrai de beaucoup mes envies carnées.

Pour terminer je vous recommande un petit tour sur le blog repris dans les blogs amis : Vegan in Brussels.

(1) Télémoustique n°4435

Be Sociable, Share!

Parle de ce post à tes amis !