Pinocchio, vous connaissez ?

Bien entendu suis-je bête … mais le prix Pinocchio est ce que ça vous parle ?

Il s’agit d’un prix décerné par les amis de la terre pour récompenser les bonnets d’âne du développement durable.

Il faut avouer que le développement durable c’est devenu le fond de commerce des industriels du XXIème siècle ; plus rien n’est mis sur le marché sans son petit habillage tout vert.

A vous en filer une véritable indigestion !

Et c’est là que les Amis de la Terre entre en action en filant les César de la connerie environnementale, la cérémonie officielle de remise des trophées se déroulait ce soir à Paris et ce sont les internautes qui ont ainsi pu départager les compétiteurs dans trois catégories différentes.

Pour avoir le détail complet ainsi que le pourquoi du comment des nominations faites un tour sur le site Prix Pinocchio.

Et le grand gagnant de l’année dans la catégorie Droits humains est Somdiaa filiale du groupe Vilgrain pour les impacts de ses activités de production et de transformation de canne à sucre, dont l’extension se fait aux dépens des communautés rurales, qui voient leur sécurité alimentaire menacée.

Dans la catégorie Environnement l’heureux élu est … Tada … un peu de suspens … la multinationale française Eramet pour le projet de développement de la mine de nickel de Weda Bay, en Indonésie.

Ainsi comme le précise Aloys Ligault chargé de campagne pour la responsabilité sociale et environnementale aux Amis de la Terre : « Ce cas illustre le double discours du groupe qui, loin de l’image d’entreprise citoyenne qu’elle souhaite promouvoir, vient d’obtenir une caution de la Banque mondiale pour un projet extractif à grande échelle dans les fragiles écosystèmes forestiers de l’île d’Halmahera »

Enfin dans la catégorie greenwashing c’est le Crédit agricole qui a été retenu pour écoblanchiment, lié à l’usage abusif d’arguments environnementaux dans la publicité et le marketing.

Aloys Ligault justifie ce choix : « Dans sa campagne de communication ‘It’s Time for Green Banking‘, la banque affirme avoir adopté un positionnement en faveur d’une croissance durable, alors qu’elle continue à investir massivement dans les énergies fossiles »

Amusant ou farfelu il n’empêche que ces antinominations ont parfois l’effet escompté ainsi le Crédit agricole déjà nominé l’année dernière avait revendu des actions de l’entreprise Dongfeng, fournisseur des militaires birmans.

Malheureusement même s’ils ont un fond éthique on peut quand même leur reprocher d’avoir le nez très court …

Source : Le Monde

Be Sociable, Share!

Parle de ce post à tes amis !