Le solaire thermique va faire de l’ombre au photovoltaïque

Le solaire tout le monde connaît mais il y a grand à parier que lorsqu’on pense solaire on pense surtout photovoltaïque.

Il faut dire que ces dernières années les autorités ont surtout investi dans le particulier et dans l’installation de le photovoltaïque délaissant ainsi une autre source d’énergie le thermique.

Quand on parle de thermique il faut aussi distinguer le chauffe eau solaire, efficace certes mais guère intéressant en collectivité, et le thermique électrique.

Tout d’abord on ne va pas vous parler ici de nouvelle technologie, le solaire thermique a derrière lui des siècles d’histoire, rappelez vous Archimède (Miroirs ardents) qui s’en fit le promoteur pour repousser la flotte romaine de Syracuse.

Donc ici on va vous parler de solaire thermique générateur électrique à l’image des traditionnelles centrales électriques où le but est de produire de la vapeur pour alimenter une turbine.

C’est en 1913 que Frank Suhman réalisa la première « centrale » thermique pour des besoins d’irrigation en Egypte mais c’est pendant la première crise pétrolière de 1970 que ce système révéla tout son potentiel.

Rappelez vous, on en avait déjà touché un mot sur le blog : ICI.

Alors pourquoi déterrer ce vieux post ?

Parceque aujourd’hui on parvient même à stocker cette énergie de manière à rendre ces centrales beaucoup plus efficace.

En effet si les centrales solaires thermiques sont efficaces pendant 30% du temps, les nouvelles centrales permettant le stockage de sel fondu à haute température permettent d’atteindre 70% d’efficacité.

Sachez enfin le phénomène de transfert de chaleur assure quand à lui une génération d’électricité stable pendant 15-30 minutes en cas de perturbation météorologique (ce qui n’est pas du tout le cas du solaire photo-voltaïque pour lequel cette durée est bien inférieure).

Enfin pour rendre ce type de centrale utilisable 24h/24 on parle aujourd’hui « d’hybridisation » à savoir que l’on greffe sur ce projet une petite centrale gaz naturelle.

Ces deux systèmes possédant en commun la partie conversion de la vapeur en électricité, l’adaptation d’une centrale thermique en centrale à gaz représenterait donc un coût marginal.

L’ « hybridisation » pourrait même être envisagée dans l’autre sens, solaire thermique comme mode d’entraînement des turbines des centrales à gaz…

L’obstacle majeur à la généralisation de ces centrales est le manque d’investissement dans ce secteur ; on estime à 6 ans le temps nécessaire à réunir les fonds et persuader les investisseurs du bien fondé de ce genre de production.

Malgré cela, la possibilité de produire de l’électricité à coût moindre et surtout l’opportunité unique de stockage de l’énergie fournit au solaire thermique un avantage concurrentiel déterminant par rapport au solaire photo-voltaïque qui n’a pas réellement d’autres alternatives pour sa production nocturne que les sources fossiles habituelles…

En savoir plus : eSolar

Source : Bulletins électroniques

Be Sociable, Share!

Parle de ce post à tes amis !