La course au développement durable

Certains d’entre vous en ont certainement entendu parler, de la Zero Emissions Race. Parties le 16 août depuis Genève, quatre équipes ont pris part à ce projet fou de réaliser un tour du monde en 80 jours, avec des bolides propulsés par un moteur électrique (avec transport en bateau de Shanghai à Vancouver et de Cancun à Lisbonne). Un des points forts de cette course est le souci d’en faire un événement « vert » . Les équipes sont tenues de produire l’électricité équivalente à celle consommée par leur engin, et ce au moyen de sources renouvelables (éolienne pour l’équipe australienne, et solaire pour les 3 autres, provenant de la Suisse, de l’Allemagne et de la Corée du Sud). Mais les organisateurs vont plus loin: ils veulent réaliser un bilan carbone neutre pour l’ensemble de l’événement (il s’agit donc de compenser les émissions du camions qui suit avec les pièces de rechange, ainsi que le transport en bateau).

Zero Race

Etant passé par Bruxelles ce samedi, j’ai eu l’occasion d’assister à la conférence de presse donnée à Autoworld au Cinquantenaire, par Louis Palmer, l’organisateur de la course. Cet aventurier environnemental est à l’origine du projet Solartaxi, et il a déjà parcouru la planète à bord de sa voiture électrique et des panneaux solaires installés sur une remorque. Il se dit très heureux de voir que d’autres gens prennent part à son aventure, et espère que cette course deviendra un incontournable d’ici quelques années, avec des dizaines, voire des centaines de voitures électriques sur la ligne de départ.

J’ai également eu l’occasion de parler avec l’ingénieur du Zero-tracer, le véhicule de l’équipe suisse « Oerlikon Solar ». Ce biplace présente un profil aérodynamique permettant de réduire considérablement les pertes de frottement. Avec une autonomie de 300 km,son moteur de 183 chevaux lui permet  d’atteindre une vitesse de 240 km/h, et  de passer de 0 à 100km/h en moins de 4.5 secondes (plus vite qu’une porche 911!).

Les batteries, d’une capacité de 22kWh (ce qui équivaut à 30 batteries de voiture classiques), peuvent être rechargées sur secteur en moins de deux heures. Elles sont principalement composées de fer et de phosphate, et présentent une durée de vie de 10 à 20 ans / plus de 300 000 km. De plus le véhicule est équipé comme toute voiture conventionnelle (avec phares, clignotants, GPS et même une radio intégrée dans les sièges 🙂 ).

Zero Tracer

Plus d’informations sur la Zero Race ici et sur le Solartaxi
Une vidéo sur le zero tracer ici :

Be Sociable, Share!

Parle de ce post à tes amis !