Jeux olympiques d’hiver à Vancouver…

Pas besoin d’être poète ça rime avec vert !

D’ailleurs c’est devenu une obligation sine qua non pour l’organisation de jeux olympiques, qu’ils soient d’hiver ou d’été.

Je travaille dans un secteur où nous sommes en relation avec des clients qui seront fournisseurs des JO de Londres en 2012 … je ne vous raconte pas la paperasse qu’on nous demande !

Des analyses de cycle de vie, des conformités en veux tu en voilà … un vrai boulot de petite souris qui prend du temps.

Alors je dis bravo, bravissimo … mwouais faudrait quand même pas nous prendre non plus pour des débiles !

Les jeux olympiques sont donc vert ?

Heu oui mais ils seraient plutôt de ce vers là, celui qui ronge notre pomme de terre.

J’en veux pour preuve le fait que Vancouver est vert et non blanc comme on aurait du s’y attendre pour les divers jeux d’hiver.

Catastrophe ? Mais non qu’à cela ne tienne on va transporter la neige par camion …

Alors franchement ça ne vous dérange pas ce genre d’ineptie ?

Bien entendu ceci n’est qu’une toute petite goutte d’eau dans un océan de gaspillage, il en aura fallu des investissements pour « fabriquer » ce terrain de jeu.

Et on vous chante les louanges de ces investissements… de l’emploi plein d’emploi… pendant quelques temps mais après ?

Finalement si on regarde une autre ville étape, Albertville en Savoie organisatrice des JO d’hiver de 1992, on se rend compte qu’une fois tout pris en compte on se retrouve avec des déficits colossaux pris en charge par l’état.

Voici un extrait des archives de l’INA :

"Toutefois, après la réussite de l'organisation des épreuves sportives, le bilan des Jeux Olympiques est apparu bien plus contrasté. Le déficit des Jeux, que l'Etat s'est engagé à prendre en charge à 75%, s'est ainsi élevé à plus de 280 millions de francs, soit 6,6% du budget total. Les équipements sportifs ont en particulier coûté plus cher que prévu: la piste de bobsleigh de La Plagne a vu son coût passer de 130 à plus de 220 millions de francs et le tremplin de saut de Courchevel a coûté deux fois plus cher qu'envisagé. En outre, si les Jeux Olympiques avaient permis de créer des emplois, une partie disparaissent avec eux. La Savoie et la vallée de la Tarentaise sont également rattrapées par la crise en 1993"

Et tout cela n’est finalement qu’un grand cirque, mais ne soyons pas non plus rétrograde.

Les jeux c’est loin d’être nouveau, Panem et circenses comme disaient les romains, il en faut et il doit y en avoir mais pas à n’importe quel prix.

Pas dans des circonstances où l’on nous jette à la figure les mots développement durable, consommation intelligente, économie d’énergie et puis on y oppose ce gaspillage sans nom.

Faut il pour autant interdire tout ce cirque sportif ?

Non bien sûr mais pourquoi ne pas créer un ou deux sites permanents sur chaque continent pour les JO, coupe de ceci ou de cela ?

Cela permettrait une rotation et on pourrait mieux tenir compte des problématiques liées aux déplacements, constructions et investissements nécessaires.

Mais las, mon réveille sonne … je dois sans doute encore rêver !

Be Sociable, Share!

Parle de ce post à tes amis !