J’ai fini par acquérir durablement le sentiment de l’éphémère …

Cette citation de Jean Rostand ne peut que coller parfaitement au rapport publié par la CNIID (centre national d’information indépendante sur les déchets)  et Les Amis de la terre.

Selon ce rapport intitulé : « L’obsolescence programmée, symbole de la société du gaspillage. Le cas des produits électriques et électroniques » la durée de vie des objets électroniques seraient au centre d’une stratégie responsable de l’accumulation effrénée du volume des déchets et de l’appauvrissement des ressources naturelles.

Dans ce rapport on épingle notamment les impacts négatifs de la mode actuelle de mise à jour, souvent futile, des appareils électroniques en forçant, sentimentalement, le consommateur de passer à l’achat.

Qui n’a jamais pesté sur le fait que les produits d’aujourd’hui sont biens moins robustes que ceux d’hier … le four de « Grand-Mère » qui donne entière satisfaction alors que celui, high-tech, acheté il y a quelques années a déjà été mis au rebut.

Irréparable tel est le nouveau cri des services après-vente … car bien souvent ces biens sont indémontables ou alors ce sont les coûts de réparation qui sont prohibitifs car l’appareil n’est pas conçu pour être réparé.

Vous vous sentez l’âme du bricoleur fou ? il va vous falloir passer par la quincaillerie pour acheter la nouvelle paire de tournevis nécessaire ou simplement faire sauter les clips en plastique … ha j’en vois dans le fond du blog qui se sentent visés !!!!

Alors ça vous parle ? ça vous chatouille l’homo consumériste ? dans ce cas je vous recommande la lecture du rapport complet (format pdf).

Via DDMagazine.

Be Sociable, Share!

Parle de ce post à tes amis !