L’industrie chimique, une industrie verte ?

Essencia, la fédération de l’industrie chimique et des sciences de la vie vient de rendre publique une étude réalisée, sur leur demande, par la société McKinsey. Dans cette étude, on apprend qu’en 2005, l’industrie chimique a émis 3,3 gigatonnes de gaz carbonique mais qu’elle a en réalité permis d’éviter l’émission de 8,5 gigatonnes supplémentaires si on avait utilisé des substituts à l’industrie chimique.

Cela se justifie par exemple dans l’automobile, où les substituts aux plastiques sont les métaux, plus coûteux énergétiquement, surtout si on considère qu’ils sont plus lourds et donc qu’ils augmentent la consommation des voitures, ayant un impact sur toute la durée de vie du véhicule.

Oui mais voilà, le tableau mondial n’est pas aussi rose que le bilan européen (Europe de l’ouest), en effet, l’efficacité carbone des pays d’Amérique du Nord est environ 40% moins bonne, pire encore en Asie, où elle est 60% moins bonne. On se retrouve parfois donc avec d’immenses différences pour des produits finaux similaires. A noter que le problème n’est pas neuf et qu’il n’est pas propre au secteur de l’industrie chimique…

Autre zone d’ombre (je n’ai malheureusement pas trouvé le rapport complet), le fait que cette industrie soit très liée à l’utilisation du pétrole et de ses dérivés, que fera-t-on lorsqu’on viendra à en manquer ? Sont-ils en train de préparer une transition ?

L’article de La Libre à ce sujet.

Be Sociable, Share!

Parle de ce post à tes amis !