Les technologies de l’information sont elles respectueuses de l’environnement ?

Je lisais dernièrement un article arguant du fait que l’IT était un véritable gouffre énergétique et il est vrai que si l’on s’arrête en première lecture on pourrait se dire que la multiplication des serveurs tournants sans fin à attendre notre passage sont autant de kW jetés dans le vide.

En réaction on voit et on entend de plus en plus parler de Green IT ou de Green Computing (Eco-TIC en français) mais ne vous leurrer pas bien qu’à la mode cette tendance n’est absolument pas nouvelle.

On voyait ainsi fleurir dans le début des années 1990 des ordinateurs estampillé Energy Star, label lancé par l’Environmental Protection Agency visant, déjà à l’époque, à réduire les émissions à effet de serre.

Le problème du Green IT est de pouvoir mesurer la performance énergétique des équipements informatiques.

De plus une chose que nous ne pouvons nier est la que cette technologique est grande consommatrice d’électricité, ainsi quelques chiffres glanés sur Wikipédia indiquent :

  • Les techniques de l’information et de communication (TIC) consomment 13,5% de l’électricité en France. Elles sont responsables de 5% des émissions de CO2 de la France.
  • La consommation électrique des micro-ordinateurs augmente de 5% tous les ans
  • La consommation des centres d’exploitation a augmenté de 13% en 2007
  • L’électricité représente 10% du budget des DSI
  • La facture électrique des ordinateurs (sur leur durée de vie) est désormais supérieure au coût d’achat
  • Entre 2000 et 2005, la consommation électrique des centres d’exploitation a doublé dans le monde et, d’ici 2010, rien qu’aux États-Unis, il faudrait consacrer dix nouvelles centrales électriques pour répondre à l’augmentation de leur consommation.
  • Taux d’utilisation moyenne d’un serveur : < 6% (pour 30% des machines installées, <3%), mais les chiffres varient : d’autres sources indiquent un taux d’utilisation moyen d’un serveur autour de 20%, en raison des différences entre types de serveurs : 5 à 10% pour serveurs Intel, 20 % sous Unix, entre 50 à 60% sur serveurs IBM et plus de 90% sur grands systèmes, la moyenne donnant environ 20%).
  • Taux d’utilisation d’un centre d’exploitation : 56% de son potentiel

Que faut il en retenir ?

L’IT est un ogre d’électricité mais il faut également relativiser toutes ces données, que coûte l’impression et la distribution de votre journal alors que vous pourriez le lire sur votre ordinateur.

Quel est le bilan entre un achat réalisé dans un magasin climatisé et éclairé par rapport à une commande par internet ?

On doit cependant aussi tenir compte d’un facteur caché et non négligeable qui est l’exportation des habitudes peu écoresponsables des pays riches vers les pays émergents.
En effet la globalisation et la mondialisation font qu’aujourd’hui votre antipode (vous savez l’habitant juste en dessous de vos pieds, mais non pas l’étage plus bas …) peut lui aussi jouir du même pouvoir de (sur)consommation, tout comme nous !

Que penser aussi de la possibilité d’importer aussi simplement qu’un clic de souris un article quelconque provenant de l’autre côté de la planète ?

Comme vous pouvez le constater le débat est large et très difficile à cerner, il n’empêche certain grand de l’internet prennent des mesures.

Ainsi pour n’en citer qu’un seul, Google a pris la bonne direction et gageons que ce n’est qu’un début.

Une chose est certaine c’est que le débat est difficile et que la vérité ne se trouve certainement ni d’un côté ni de l’autre mais juste au milieu.

Be Sociable, Share!

Parle de ce post à tes amis !