La crise, une aubaine pour la planète ?

On peut lire à gauche et à droite que grâce à la crise économique que nous traversons les émissions de CO² sont en bernes.
Bravo, alléluia … faisons un feux de joie et bénissons les banquiers !

STOP!

Ne nous y trompons pas, certes ponctuellement les émissions de CO² ont diminué et bien entendu la crise y est pour quelque chose.
Vu le prix des carburants nous mesurons nos déplacements ; le commerce ressent la crise donc il nécessite moins de transport de marchandise.
Qui dit moins de vente dit activité industrielle au ralenti et tout cela bénéficie à la réduction de nos émissions de CO².
Mais attention l’objectif n’est pas ponctuel et quand la machine se remettra en route nos émissions reprendront de plus belle..
Ainsi alors que les prix du pétrole atteignaient des sommets, il y a 18 mois, certains producteurs d’électricité ont investit dans le charbon, moins cher mais surtout plus polluant.

Enfin l’économie d’énergie, la lutte contre la pollution en général et le réchauffement de la planète en particulier nécessitent de lourds investissements et aujourd’hui alors que l’argent manque et que des choix sont à faire les investisseurs se montrent très frileux.
Certains ont d’ailleurs calculé que les investissements nécessaires se chiffraient aux alentours de 5 milliards de dollars et que chaque seconde de retard participait à l’inflation de ce montant.

Alors oui la crise d’aujourd’hui apporte une bouffée d’air frais mais ne chantons pas louange, le réveil risque d’être très douloureux.
Certains économistes voient ainsi une chance unique pour limiter le réchauffement de la planète pour autant que les politiques adéquates soient mises en place rapidement.
Et malheureusement les politiques ont souvent des visions très courtes ne dépassant guère que les prochaines élections.

Be Sociable, Share!

Parle de ce post à tes amis !